Art 21 Gallery

4-6, Grand rue, 1204 Genève, Suisse
T.: +41 22 732 63 88, F: +41 22 732 63 89
galerie@galerieart21.ch

PRÉSENTATION

La Galerie ART XXI

ARTISTES

Georges Annenkov
Alexandre Archipenko
Arman
Benatov
Salvador Dalí
Alexandra Exter
Natalia Gontcharova
Ivan Klioune
Gustav Klucis
Mikhail Larionov
El Lissitzky
Amedeo Modigliani
Nadiejda Oudaltsova
Lioubov Popova
Ivan Pougny
Auguste Renoir
Auguste Rodin
Alexandre Rodtchenko
Catherine Zoubtchenko
Olga Rozanova
Vladimir Tatline
Ilia Tchachnik
Michel Bassompierre
Nancy Vuylsteke de Laps
Eran Shakine
Michel Comte
Maxim Kantor

Mikhail Larionov
Art21

LARIONOV (Mikhaïl Fiodorovitch), Tiraspol 1881-Fontenay-aux-Roses 1964
Peintre

Études artistiques à l’École de peinture, sculpture et architecture de Moscou (1898-1910) où il rencontre en 1900 la compagne de sa vie, Natalia Gontcharova. Expose des œuvres impressionnistes à Moscou, Saint-Pétersbourg et Paris en 1906 ; en 1907-1908, participe aux expositions de Stephanos et Viénok-Stephanos.

À partir de 1909, dans le cadre de la Toison d’Or, il forme le mouvement néoprimitiviste. Ses sujets s’inspirent des villes provinciales : cours boueuses aux palissades de bois, femmes opulentes, graffitis, coiffeurs…En 1910-1911, fait son service militaire (série des « Soldats »). En décembre 1910, il crée avec David Bourliouk et d’autres peintres Le Valet de Carreau, mais rompt avec les cézaniens dès 1911. Rétrospective d’un jour à Moscou (1911).

En 1912, crée La Queue d’Âne, participe avec Kroutchonykh et Natalia Gontcharova à la création du livre lithographié futuriste ; expose à Der blaue Reiter. Il peint les panneaux des Quatre Saisons.

La première œuvre du rayonnisme réaliste apparaît à la toute fin 1912. En 1913, le rayonnisme triomphe à son exposition de La Cible ; parution du traité Le Rayonnisme  et d’un almanach-manifeste. Création avec Ilia Zdaniévitch du « peinturlurage des visages » et du « toutisme ». En 1914, son exposition No 4 marque le triomphe du pneumo-rayonnisme qui fait de Larionov un des fondateurs de l’abstraction aux côtés de Kandinsky, Malévitch et Mondrian ; expose chez Paul Guillaume à Paris avec Natalia Gontcharova (la préface du catalogue est écrite par Apollinaire). Quitte la Russie en 1915 pour travailler aux Ballets russes de Diaghilev (Soleil de Nuit, 1916 ; Contes russes, 1917).

La force d’expression, la luxuriance des couleurs de ses décors et costumes, la richesse de leurs formes, puisées dans l’art populaire russe, ont marqué l’histoire universelle de l’art.