Art 21 Gallery

4-6, Гранд-стрит, 1204 Женева, Швейцария
Т.: +41 22 732 63 88, Ф: +41 22 732 63 89
galerie@galerieart21.ch

PRÉSENTATION

La Galerie ART XXI

ARTISTES

Georges Annenkov
Alexandre Archipenko
Arman
Benatov
Salvador Dalí
Alexandra Exter
Natalia Gontcharova
Ivan Klioune
Gustav Klucis
Mikhail Larionov
El Lissitzky
Amedeo Modigliani
Nadiejda Oudaltsova
Lioubov Popova
Ivan Pougny
Auguste Renoir
Auguste Rodin
Alexandre Rodtchenko
Catherine Zoubtchenko
Olga Rozanova
Vladimir Tatline
Ilia Tchachnik
Michel Bassompierre
Nancy Vuylsteke de Laps
Eran Shakine
Michel Comte
Maxim Kantor

La Fonderie Valsuani
Art21



La fonderie Valsuani existe aujourd’hui depuis depuis plus d'un siècle et bénéficie depuis toujours d’une grande notoriété tant par la qualité de ses fontes à la cire perdue que par l’impressionnant palmarès des artistes qui lui ont confié la réalisation de leurs œuvres.

Elle se situe au carrefour des nouvelles technologies du XXIe siècle et des traditions ancestrales de la statuaire de bronze.



HISTOIRE DE LA FONDERIE


1. La création : Claude Valsuani

La maison fut fondée à Châtillon en 1899 par l'italien Claude Valsuani, ancien chef d’atelier chez Hébrard, qui s'installa en 1905 au numéro 74 de la rue des Plantes dans le 14e arrondissement de Paris.
De père en fils, les Valsuani devinrent dès lors les étroits collaborateurs des plus grands artistes de leur époque. Ils furent en particulier les interprètes privilégiés de Matisse (qui fit fondre à Valsuani plus de 400 de ses œuvres de son vivant [1]), Maillol, Gauguin, Pompon, Carpeaux, Daumier ou encore Dalou.

Claude Valsuani établit rapidement sa réputation en se distinguant par l’excellence et le caractère innovant de son travail et sa maîtrise inégalée de la technique de la fonte à la cire perdue.

Il était également extrêmement apprécié pour les magnifiques patines qu’il réalisait au chalumeau; cette technique importée d’Italie permettait de ne pas laisser le moindre dépôt de carbone. L’une de ses patines les plus célèbres jusqu’à aujourd’hui encore se nomme le noir Valsuani. Parmi les techniques employées, celles de la potée à la bouse de vache et du noyau à l’italienne le démarquaient notamment des autres fondeurs.

Pour lutter contre la contrefaçon ainsi que la multiplication inconsidérée de tirages d'une même oeuvre, Valsuani fut également le premier fondeur à numéroter ses tirages en marquant chaque épreuve non seulement d’un numéro d'ordre, mais surtout du chiffre total du tirage.

Claude Valsuani partagea enfin sa technique de fonte à la cire perdue avec Bugatti et Renault afin qu’ils puissent fondre les moteurs de leurs premières automobiles.

A sa mort, survenue à Malgrate en 1923, son fils Marcel lui succéda et son frère Attilio ouvrit sa propre fonderie à Bagneux.


2. La reprise : Leonardo Benatov

Le sculpteur Benatov, qui avait d’ailleurs fondu ses premiers bronzes chez Valsuani, reprit l’affaire en 1981 après que Marcel Valsuani eut quitté Paris. Il créa Airaindor, reprit le catalogue de la fonderie et le cachet Claude Valsuani devint alors propriété de la fonderie qui porte désormais le nom de: Fonderie Airaindor-Valsuani.

Les artisans qu’avait rassemblés Valsuani : maîtres mouleurs, noyauteurs, maîtres fondeurs, décocheurs, ébarbeurs, maîtres ciseleurs et maîtres patineurs, déménagèrent alors avec la nouvelle fonderie pour Chevreuse, à 20 km de Paris. Leonardo Benatov avait pour ambition d’y reconstruire une fonderie de grande taille, dotée des plus récentes technologies. Il souhaitait en effet que l’on puisse y réaliser d’une seule pièce les bronzes les plus monumentaux, ce dont ne sont capables que peu de fonderies d’art à travers le monde.

Les travaux de construction se déroulèrent de 1981 à 1985. Un immense bâtiment de 2000 m2, flanqué d’une façade dont les grandes baies vitrées inspirées de colonnes de style stalinien rappellent les origines russes du nouveau propriétaire, vit alors le jour. Trois fours de fusion à induction y furent enfouis dans le sol, la fusion instantanée du bronze dans l’un de ces fours permettant de fondre d’un seul tenant une pièce pouvant aller jusqu’à 1,6 tonne.

En tant qu’artiste fondeur, Leonardo Benatov maîtrise également la science de la fonte, ce qui lui a permis de rencontrer de célèbres artistes du monde entier : Michel Guino, Mikhail Shemyakin, Karsten Klingbeil, Xavier Degans, Jean Fréour, Jean Vérame et Anthony Quinn qui choisiront entre autres Airaindor pour immortaliser leur travail.

Il a néanmoins toujours réservé une place toute particulière aux oeuvres de Dalí à qui il voue une admiration inconditionnelle. Suite à leur rencontre en 1981, Dalí lui confia même l’exclusivité de la réalisation de ses principales sculptures : les différentes Vénus aux tiroirs, Le Minotaure ou encore la collection de bas-reliefs exécutés en 1976 pour le compte du collectionneur Mario Pizzorni.


3. La fonderie Valsuani : plus d’un siècle de prestige

La fonderie Valsuani travailla pour les plus grands artistes dont les plus connus sont Degas, Rodin, Renoir, Gauguin, Maillol, Matisse, Picasso, Modigliani, Moore, Giacometti ou encore Dalí.

Le prestige de la fonderie Valsuani s’apprécie donc surtout au vu de la longue liste (non exhaustive) d’artistes y ayant fondu leurs œuvres :

  • Honoré Daumier (1808-1979)
  • Jean-Baptiste Carpeaux (1827-1875)
  • Edgar Degas (1834-1917)
  • Aimé-Jules Dalou (1838-1902)
  • Auguste Rodin (1840-1917)
  • Auguste Renoir (1841-1919)
  • Georges Jeannin (1841-1925)
  • Paul Gauguin (1848-1903)
  • François Pompon (1855-1933)
  • Antoine Bourdelle (1861-1929)
  • Aristide Maillol (1861-1944)
  • Paul Troubetskoï (1866-1938)
  • Joseph-Antoine Bernard (1866- 1931)
  • Henri Matisse (1869-1954)
  • Charles Despiau (1874-1946)
  • Einar Jónsson (1874-1954)
  • Henri Valette (1877-1962)
  • Pablo Gargallo(1881-1934)
  • Fernand Léger (1881-1955)
  • Pablo Picasso (1881-1973)
  • Robert Wlérick (1882-1944)
  • Rembrandt Bugatti (1884-1916)
  • Amedeo Modigliani (1884-1920)
  • Henri Laurens (1885-1954)
  • Phlippe Asselin (1887-1976)
  • Richard Guino (1890-1973)
  • Ossip Zadkine (1890-1967)
  • Max Ernst (1891-1976)
  • Ásmundur Sveinsson (1893-1982)
  • Jean Fautrier (1898-1964)
  • Henry Moore (1898-1986)
  • Anne-Marie Profillet (1898-1939)
  • Arno Breker (1900-1991)
  • Alberto Giacometti (1901-1966)
  • Salvador Dalí (1904-1989)
  • Gunnar Nilsson (1904-1995)
  • Germaine Richier (1904-1959)
  • William Chattaway (né en 1927)
  • Arman (1928-2005)
  • Constantin Brancusi (1876-1957)
  • Antoni Clavé (1913-2005)
  • Anthony Quinn (1915-2001)
  • Leonardo Benatov (né en 1942)
  • Arlette Ginioux (née en 1944)


Aujourd’hui encore le cachet C. Valsuani est donc un gage de qualité non seulement pour les artistes eux-mêmes, les experts, les collectionneurs, les marchands d’art ou les maisons de vente, mais aussi pour les musées puisque la fonderie a réalisé des oeuvres pour de nombreux musées dont les établissements suivants:

  • Musée Rodin
  • Reykjavik Art Museum
  • Musée de Gravelines
  • Conservatoire Rembrandt Bugatti
  • Fondation Sratton
  • Dalí Museum (Saint Petersburg, Floride)
  • Château de Versailles


De nombreux musées à travers le monde détiennent aussi des sculptures de la fonderie Valsuani dans leurs collections: le Musée d’Orsay possède par exemple 185 oeuvres de Daumier, Carpeaux, Dalou, Renoir, Gauguin, Pompon, Bourdelle, Maillol, Bonnard, Bugatti, Matisse, etc. réalisées par cette dernière.

Citons encore le  Centre Georges Pompidou qui dispose de 225 sculptures par 44 artistes différents (Matisse, Brancusi, etc.), toutes issues de la fonderie.

[1] A. BOULTON, Matisse painter as sculptor, Yale University Press, 2007, p. 80.



www.airaindorvalsuani.com